L'affaire Gauffridy : le Diable hante Notre-Dame-des-Accoules

Vinaigrette 0
Le clocher - ©Charliemoon / CC-BY-SA Le clocher - ©Charliemoon / CC-BY-SA
Eglise Notre-Dame-des-Accoules Eglise paroissiale Louis Gauffridy Sorcellerie

La vénérable Accoas


De l'ancienne église détruite à la Révolution, Notre-Dame de las Accoas, il ne reste que le clocher, très ancien morceau de pierre qui remonte au moins au XIe siècle ! Mais parler des Accoules sans parler de son curé, le sieur Gaufridy, c'est passer à côté d'un fait-divers assez étrange. Gaufridy ? Oui, l'affaire Gaufridy, histoire de sorcellerie qui s'est mal terminée...

Un curé diabolique


Tout commence à la fin du XVIe siècle : Louis Gaufridy naît en 1580 ; c'est le fils d'un berger élevé par son oncle Christophe Gaufridy, curé de Pourrières. Louis baigne très tôt dans la religion. Il devient très vite curé de la paroisse des Accoules.

C'est un homme respecté, qui aime la vie, la bonne chère... et les femmes. Qui le lui rendent bien, d'ailleurs ! Eh, pour cause : écoutez un peu ça... On dit qu'un jour il tombe chez son oncle sur un petit livre très bizarre, qu'il lit. A peine fini, pfiouf ! Le Diable apparaît. Gaufridy l'a invoqué, il peut donc lui demander tout ce qu'il veut...

Ce qu'il veut, notre curé ? Toutes les plus jolies femmes rien que pour lui ! Il signe le pacte du Diable avec son sang, et hop... Dès qu'il soufflera sur une femme, elle tombera folle amoureuse de lui ! Ca, c'est la légende qui le dit...

La belle Madeleine


Un curé tout énamouré


A la même époque, Louis devient le précepteur et le confesseur de la fille du seigneur Demandolx de La Palud, Madeleine. Entrée au couvent d'Aix à l'âge de 10 ans, elle a des comportements bizarres en public... Mais bon, rien de bien alarmant... oui, jusqu'à ce qu'elle devienne agitée, sujette à des crises d'épilepsie de plus en plus fréquentes.

Là, les parents la rapatrient chez eux, histoire qu'elle se repose un peu. Gaufridy, en confesseur attentionné, vient la voir tous les jours : et voilà que s'installe peu à peu un amour passionné entre la jeune fille et celui qu'on dit le plus bel homme de Marseille ! Madeleine se remet bien : elle peut réintégrer le couvent des Ursulines.

Sang et sabbat


Mais là, catastrophe ! Elle a des visions, elle s'agite, elle a peur d'être enlevée par le Diable. Elle murmure le nom de Gaufridy dans ses délires, ce démon qui la tourmente encore et encore en lui envoyant des diables pendant son sommeil ! A défaut de la torturer à distance, Louis lui envoie des lettres enflammées. Et multiplie les maîtresses !

Mais Madeleine va plus loin, elle accuse Gaufridy de possession : et la voilà qui raconte comment Gaufridy l'a ensorcelée, comme beaucoup d'autres femmes ! Elle explique qu'il lui a fait signer 8 pactes avec le Diable, avec le sang de son petit doigt qu'il lui a prélevé de force ; qu'il l'emmène en sabbat dans toute la Provence...

Oulà ! Voilà autre chose ! Aussitôt prévenu, le parlement d'Aix et le frère dominicain Michaelis se chargent de l'affaire. Celui-ci, aussi inquisiteur à Avignon, tente d'exorciser Madeleine.

Une affaire de sorcellerie


Les os en cendres


Pendant ce temps, on arrête Louis. Il semble stupéfait, surpris des accusations de la jeune femme ! Mais en l'examinant, on découvre des traces suspectes sur la peau du curé... les marques du Diable ! Au moment du procès, Madeleine accuse Gaufridy, puis se rétracte. Ce dernier nie d'abord tout en bloc, mais les accusations étant trop importantes, il cède.

Notre curé des Accoules est condamné le 30 avril 1611 pour crime de sorcellerie à « être brûlé vif sur un bûcher, jusqu'à ce que son corps et ses os soient consumés et réduits en cendres et celles-ci après jetées au vent... » On le mène devant la porte de l'église Saint-Sauveur d'Aix, tête et pieds nus, pour demander pardon à Dieu. On le conduit ensuite sur la place des Prêcheurs pour y être brûlé...

Folle et obscure


Madeleine Demandolx, elle, se voit acquittée après la mort de Gaufridy : elle se dit libérée de ses démons ! Mais elle reste aux yeux des gens une sorcière et surtout une femme vraiment très bizarre, un peu folle peut-être... Elle part de Marseille pour fonder un couvent, dans un endroit appelé Font-Obscure (hé hé, ça sonne bien).


Et encore !