Jeanne de Chantal à Bourbilly : brisée, mais jamais vaincue

Vinaigrette 0
Jeanne - ©Public domain / WikimediaCommons Jeanne - ©Public domain / WikimediaCommons
Château de Bourbilly Château Mme de Sévigné

Saviez-vous que ce château fut la propriété de 2 femmes célèbres, la marquise de Sévigné et sa grand-mère, sainte Chantal ? La famille de Rabutin entre en possession du domaine dont on trouve la première mention au XIIIe siècle.

Jeanne-Françoise Frémyot, future sainte Jeanne de Chantal, épouse en décembre 1592, Christophe de Rabutin, baron de Chantal. Administrant le grand domaine, Jeanne occupe ses longues soirées à de pieuses lectures, reçoit les pauvres, leur sert la soupe et leur apporte un peu de réconfort : comme dit à l'époque un habitant du village, on avait « plaisir à être malade pour avoir les visites de la sainte baronne ».

Elle va jusqu'à soigner les malades, procéder à des accouchements... et puis, la famine qui frappe la France au tout début du XVIIe siècle est rude ! Si rude, que les indigents arrivent toujours plus nombreux au château, mais qu'importe, Jeanne, douce et patiente, continue de les aider...

Brutalement veuve en 1601, à 28 ans, elle rencontre l'évêque François de Sales et fonde avec lui l'ordre des visitandines en 1610. Sa fille, la marquise de Sévigné, s'attache à ce domaine, son « délicieux château », comme elle l'écrit dans une de ses lettres. Une reconstruction du vieux château est décidée aussitôt. Après sa mort, sa petite-fille, Mme de Simiane, le garde jusqu'en 1719.


Et encore !