Jeanne d’Arc et les gourgandines de Château-Thierry

Vinaigrette 0
Porte St-Pierre - ©Pline / CC-BY-SA Porte St-Pierre - ©Pline / CC-BY-SA
Remparts de Château-Thierry Fortification Jeanne d’Arc Guerre de Cent Ans

Jeanne débarque

Jeanne s’en revient de Reims où elle a fait sacrer son roi, Charles VII. Nous sommes en 1429. Elle arrive à Château-Thierry (alors en terre champenoise) par la porte Saint-Pierre. Loin de s’y reposer, elle va chasser les Anglais qui occupaient alors la cité depuis déjà 7 ans... et péter un câble devant les agissements d’une ribaude.

On a vu à Gien que Jeanne déteste les gourgandines. Elle les vomit, elle les maudit, elle les honnit ! Pas de bonnes femmes dans son armée, non mais... à part elle ! Et puis elle savait bien les dégâts que ces femmes de mauvaise vie causaient sur les soldats, des gaillards restés des mois et des mois sans voir de femmes, à qui le sang grimpait rapidement à la caboche.

La Pucelle déchaînée !

Devant une des portes de la ville, Jeanne aperçoit un jour la maîtresse d'un de ses soldats montée sur le cheval de son amant. Bon sang ! Ni une ni deux, en pétard, la Pucelle se lance à sa poursuite, son épée à la main. Elle l’a presque atteinte quand elle voit la frayeur sur le visage de la jeune femme !

Jeanne remballe sa colère, réfléchit, et lui dit d’une voix douce : « Ne vous trouvez plus désormais en la compagnie des hommes d’armes. Autrement je serais forcée de vous faire du déplaisir. » Toutes deux se réconcilient. Et Jeanne s’en va tranquillement prier dans la chapelle castrale... J. Pasquerel (l’aumônier de Jeanne), au procès de la Pucelle, rapporte :

« Jeanne d’Arc éprouvait une horreur invincible pour ces femmes sans pudeur qui oubliant tous les devoirs de leur sexe osent s’attacher à la suite des armées offrent aux soldats le spectacle de leur dépravation semblent se disputer le prix de l’opprobre et de l’infamie et excitent souvent entre des hommes grossiers les débats les plus sanglants et les plus honteux elle leur avait formellement interdit son approche. »


Et encore !