Jean de Choisy à Balleroy : vin, riz et patates

Vinaigrette 0
Le château - ©Ikmo-ned / CC-BY-SA Le château - ©Ikmo-ned / CC-BY-SA
Château de Balleroy Château François Mansart

Ex nihilo

Non loin de Bayeux, la campagne normande abrite un petit château de style Louis XIII, tout en brique et pierre. Ah, ah, non, pas tout à fait ! Ici, pas de brique, mais du schiste rouge extrait localement ! Les pierres de couleur grise viennent de Caen. Allons découvrir Balleroy ensemble !

Sur un domaine acquis en 1600 par le négociant de vins à la cour du roi Jean de Choisy, pour 5 500 écus, le grand architecte François Mansart construit le château entre 1626 et 1636. Ici, pas de trace d'anciennes constructions, pas de donjon primitif ni de forteresse féodale ! On construit du neuf sur du neuf. Et puis notre château sert de demeure principale et non de résidence secondaire ou de pavillon de chasse, comme on le faisait beaucoup à l'époque.

D'une pierre deux coups, saviez-vous que Mansart conçoit également les plans du village de Balleroy ? Une première ! Par alliance, le château revient à Jacques de La Cour qui le fait ériger en marquisat en 1704 : il ne devait plus quitter cette famille jusqu’au XXe siècle !

Riz et patates

Revoilà Jean de Choisy : châtelain mais aussi esprit curieux et philanthrope, le monsieur ! Il profite d’un séjour à Londres pour en ramener un étrange légume, la patate. Les Irlandais la cultivaient depuis longtemps ! Alors, pourquoi pas en France ? Et puis, par ces temps de famines, on était prêt à toutes les innovations : vous vous souvenez sûrement du riz, tout nouveau, tout beau, lancé à Caen avec la recette de la teurgoule ?

En tout cas, outre-Manche, Jean goûte lesdites patates sous forme de frites : il adooore ! Allez, c’est dit : il en ramène en Normandie ! Il se met à leur culture, se fait un petit lopin de terre dans son coin, plante ses patates... et advienne que pourra. Oh, mais la récolte a été bonne... tellement qu’en 1652, en plein hiver, il peut nourrir les habitants et les pauvres du coin !


Et encore !