Jean-Baptiste de Beaumont, Canon et l'innocence opprimée

Vinaigrette 0
Le château - ©isamiga76 / CC-BY Le château - ©isamiga76 / CC-BY
Château de Mézidon-Canon Château Jean-Baptiste-Elie de Beaumont

Le château de Canon se construit en 1727, mais la famille de Beaumont le transforme en 1768 : roooh, qu’il est beau, avec ses belles façades blanches aux lignes pures, rehaussées de marbre de Carrare ! Des façades qui se reflètent dans les eaux du bassin de son parc anglo-français de la seconde moitié du XVIIIe siècle... Mazette ! Digne d’un grand !

C’est que celui qui s’installe là en 1760 n’est pas n’importe qui, oulà : il s’agit de Jean-Baptiste-Elie de Beaumont, avocat au Parlement de Paris et grand copain de Voltaire.

Ce Normand d’origine, né dans une vieille famille protestante, assure la défense du huguenot Calas, accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas commis (vous vous souvenez, Voltaire a aussi écrit sur cette affaire dans son château de Ferney) : son Mémoire pour les enfants de Calas, en 1762, lui assure une popularité fulgurante ! Voltaire le surnomme alors « le philosophe de l’innocence opprimée »...

En 1760, donc, année de son arrivée, Jean-Baptiste vient de se marier avec la dernière héritière des Bérenger, la famille à qui appartient la terre de Mézidon depuis la fin du XVIIe s. Et dès qu’il s’installe là, il imagine tout de suite très bien la tête du château et des jardins qu’il va se faire construire ! Le domaine actuel de Canon, en somme...


Et encore !