Impératrice en balade et laminak aux grottes de Sare

Vinaigrette 0
L'entrée - ©Harrieta171 / CC-BY-SA L'entrée - ©Harrieta171 / CC-BY-SA
Grottes de Sare Cavité naturelle Prosper Mérimée Eugénie de Montijo Légende

Prosper et sa caverne

La grotte de Sare porte aussi le nom de Lezea (« grotte » en basque). Elle a été creusée dans du calcaire bien dur, avec des cavités karstiques qui se sont formées au fur et à mesure du temps.

Sur les 5 grottes que compte Sare, seule Lezea se visite. La période où la grotte a été la plus fréquentée, c'est le « périgordien », période du début du paléolithique supérieur, comprise entre -32 000 et -20 000 avant J.-C.

C'est Prosper Mérimée qui décrit la grotte le premier, en 1865. Il est tout ébahi, Prosper ! Des étoiles pleins les yeux, il la décrit comme « une caverne magnifique comme on n'en voit qu'à l'Opéra. »

L'impératrice en balade

On sait que l’impératrice Eugénie a fait un séjour à Biarritz en septembre 1866. Elle est aussi passée voir les grottes ! Prosper Mérimée l'accompagne. Il fait le récit suivant (vu dans le Guide des Pyrénées mystérieuses, éd Tchou). Autant dire que ça ne ressemble pas vraiment à une petite balade bien pépère !

« J'ai fait l'autre jour une excursion amusante dans les montagnes et l'on m'a montré une des plus étranges grottes qui se puissent voir. On passe sous un grand pont naturel d'une seule arche, long comme le Pont Royal.

Sous le tunnel, et perpendiculairement au pont, coule un clair ruisseau. Les proportions de tout cela sont gigantesques. Il y fait frais et l'on s'y sent à mille lieues des humains...

Nous étions menés là par un homme singulier qui a gagné une grande fortune dans la contrebande. Il est le roi de ces montagnes et tout le monde y est à ses ordres. Rien n'était beau comme de le voir galoper au milieu des rochers sur le flanc de notre colonne qui avait bien de la peine à suivre les sentiers frayés.

Lui franchissait tous les obstacles. L’impératrice l'avait chargé de veiller sur le Prince Impérial, qu'il a fait passer, lui et son poney, par les chemins les plus impossibles que vous puissiez imaginer, ayant autant de soin de lui que d'un ballot de marchandises prohibées. »

La bestiole de la grotte

Parait-il que dans la grotte se cache un laminak... savez-vous ce que c'est ? Un esprit typiquement basque, genre de lutin ou de nain qui adore se cacher dans les grottes et les montagnes de ce pays. Couvert de poils, toujours aux aguets, il ne porte qu'un seul nom : Guillen (Guillaume).

Il ne sort la nuit de ses cachettes souterraines que pour construire des ponts gigantesques ou des châteaux colossaux. Toujours vif, sur le qui vive, le laminak ! Le Guide des Pyrénées mystérieuses (éd Tchou) nous dit que pour rémunération, la bestiole aime recevoir des humains de la méture frite (sorte de pain de maïs).

L'est pas méchant, le laminak, il faut juste faire gaffe à ne pas la lui faire à l'envers, sinon... Si vous voyez le laminak de Sare, envoyez-nous une carte postale !

La visite des grottes

Comptez 1 heure de visite, sur 900 m, guidé par un son et lumières. La grotte comprend aussi la visite du musée qui expose les fouilles faites sur le site : elles attestent de la présence de l'Homme dans la région depuis 200 000 ans ! Pierres polies, silex, racloirs, urnes funéraires sont exposés pêle-mêle.


Et encore !