Galipettes royales à La Flèche : les racines sarthoises d'Henri IV le Béarnais

Vinaigrette 0
Jeanne d'Albret - ©Ashley Van Haeften / CC-BY • Antoine de Bourbon - ©G.Garitan / CC-BY-SA Jeanne d'Albret - ©Ashley Van Haeften / CC-BY • Antoine de Bourbon - ©G.Garitan / CC-BY-SA
Château des Carmes de La Flèche Château Henri IV

100 % béarnais, Henri IV, vous êtes sûr ?

Le gaillard né à Pau en 1553, élevé au grand air de la montagne et à l’ail, aguerri aux bastons entre gamins de son âge ?

Hem, moi je dis : pas complètement sûr... On n’a pas tenu la chandelle, hein : mais ses parents, Jeanne d'Albret et Antoine de Bourbon, l’auraient conçu... en Anjou ! Dans la Sarthe, si si, à La Flèche, plus précisément.

Mamie Françoise et son château Neuf

On avait un château primitif, à La Flèche : le château Vieux (ou château des Carmes). Oh, un machin tout ruiné, décrépi, bien médiéval comme il faut : oui, si-nis-tre ! Plusieurs fois reconstruit, il abrite aujourd’hui la mairie.

Le château Neuf, lui, se construit pour Françoise d’Alençon, en dehors des remparts de la ville. Françoise qui ?? La grand-mère d’Henri IV ! Oui, puisque mariée à Charles de Bourbon, roi de Navarre.

Ce que fabrique la famille d'Henri IV à La Flèche ? Les Alençon possède cette terre sarthoise depuis le XVe s. Bref !

Le fiston de Françoise et de Charles, Antoine de Bourbon, épouse en seconde noce Jeanne d’Albret en 1548... et de ce couple naît à Pau le futur Henri IV, en 1553.

Mais de Pau à La Flèche... il n'y a qu'un pas !

Conçu ou pas conçu à La Flèche ?

Henri naît à Pau, OK.

Mais vous savez quoi ? Comme ses parents font quelques séjours au château de La Flèche à l’hiver 1552, plusieurs historiens aiment bien dire qu’avant d’être Béarnais, Henri est Fléchois : hé oui, le couple l’aurait conçu à La Flèche !

Les dates coïncideraient, regardez : Jeanne et Antoine débarquent fin 1552 à La Flèche, quittent la ville en mai 1553 et Jeanne accouche en décembre de la même année, à Pau...

Henri reste très attaché à la ville sarthoise de sa mamie Françoise. C’est pour ça qu’il cède son château Neuf à des pères Jésuites pour qu'ils y fondent l’école royale, plus tard célèbre prytanée de La Flèche... l’actuelle école militaire !

A noter d’ailleurs que c’est dans ce Prytanée que reposent les cœurs d’Henri et de sa moitié, Marie de Médicis, selon les vœux d’Henri.


Et encore !