Dumas et sa dame de Montsoreau : la réalité derrière la fiction

Vinaigrette 0
Le château - ©Declaudure / CC-BY-SA Le château - ©Declaudure / CC-BY-SA
Château de Montsoreau Château Château de la Loire Adultère Homicide Alexandre Dumas

Pêche empoisonnée

Le château est le théâtre d'un drame en 1472... Nicole de Chambes, alors veuve du sire de Montsoreau, reçoit fréquemment la visite de son amant, le duc de Guyenne. Elle l’encourage à se lancer dans la guerre de la Ligue contre son frère, Louis XI. La dame et son amant périront dans d'horribles souffrances après avoir mangé une pêche empoisonnée...

Dumas et sa dame de Montsoreau

Un siècle plus tard, nouveau drame : Charles de Chambes (le frangin du fanatique Jean IV), grand veneur du duc d'Anjou, apprend l'infidélité de sa femme Françoise avec Louis de Clermont de Bussy d'Amboise, gouverneur d'Anjou. Celui-ci passera l'arme à gauche, victime des coups des hommes de main du mari vengeur...

C'est Dumas qui l'a popularisé, ce drame, dans La dame de Monsoreau. Mais il s'est bien emmêlé les pinceaux, non ? En fait, entre fiction et réalité, un grand pas existe... Dumas fait entrer Montsoreau dans la légende, évoquant la « sombre horreur qui ressortait de la masse sévère et menaçante du château féodal se reflétant dans les eaux du fleuve »...

Sous sa plume, Françoise de Chambes devient Diane de Méridor, moitié de Charles de Chambes, comte de Montsoreau. Son amant a bien été tué par le mari jaloux, mais la tragédie n'a pas eu lieu à Montsoreau ! Non, pas loin, au manoir de la Coutancière. Et dans la vraie histoire, les deux moitiés se réconcilient, ont 6 enfants... et vivront 40 années ensemble !

Leur dernier fiston, René de Chambes, devient seigneur de Montsoreau en 1619 : la chronique de l'époque le décrit comme un homme violent, versé dans des activités louches de faux-monnayeur et faux-saunier. Henri IV le condamne à mort mais le monsieur file à l'anglaise... outre-Manche, où il meurt en 1649 !


Et encore !