Croisés, mariage... et Pucelle !

Vinaigrette 0
Le château - ©Public domain Le château - ©Public domain
Château de Gien Château Château de la Loire Jeanne d’Arc

La ville est mentionnée pour la première fois vers 760 dans un acte de Pépin le Bref. Mais il faut attendre la fin du VIIIe siècle pour voir la construction d'un château-fort par Charlemagne, Gienum.

Château qui passe aux alentours de l'an mille à Etienne de Vermandois, un descendant. Les premiers comtes de Gien apparaissent au XIe siècle : Renaud, le premier homme de la famille puis Guillaume son fils, qui part guerroyer en Terre Sainte aux côtés de Godefroy de Bouillon.

Ce ne sont pas les croisades qui viendront à bout de ce valeureux chevalier. Non ! Un petit siège de rien du tout, en comparaison de ce que le seigneur vient de vivre aux croisades, au terme duquel il se voit battu par le comte du Mans et jeté en prison à Blois. 4 longues années à moisir dans les cachots du château du Blois !

Son fils récupère le comté mais rebelote : comme papa, il le perdra en allant en croisade avec Louis VII. Après ces comtes, Philippe Auguste rattache Gien au domaine royal en 1199. En 1307, Philippe le Bel cède le château en apanage à son frère le comte d'Evreux. Gien revient à la Couronne un siècle plus tard : Charles VII le cède à Charles d’Anjou, qui lui-même le donne à sa sœur la reine Marie d'Anjou...

Moult événements importants viennent secouer notre château : en 1410, Jean sans Peur marie ici sa fille Catherine avec le duc de Guise. En 1420, Charles d'Orléans, Jean de Berry et Charles d’Armagnac y signent la ligue de Gien contre le duc de Bourgogne le sieur sans Peur, qui avait fait (ouh le vilain) supprimer le duc d'Orléans.

Même Jeanne d'Arc séjourne ici 4 fois pour persuader Charles VII de se faire sacrer à Reims. On dit même qu'elle assiste à Gien à sa dernière messe de minuit... A la mort de Marie d'Anjou en 1463, Gien revient au dernier roi de la maison d’Anjou, Charles IV. Louis XI recevra le château en 1481 en tant qu'héritier du roi de Sicile.


Et encore !