Cimiez et les retables de Bréa

Vinaigrette 0
La Piéta de Bréa - ©Franzrycou / CC-BY-SA La Piéta de Bréa - ©Franzrycou / CC-BY-SA
Monastère de Cimiez Abbaye Franciscain

Connaissez-vous Louis Bréa ? A Nice se développe au XVe siècle une école de peintres, les « primitifs niçois ». Ils sont d'origine italienne ou inspirés par l'art de ce pays : les plus connus s'appellent Jean Miralhet, Jacques Durandi, Jacques de Carolis et... Louis Bréa. C'est de lui dont on va parler, car l'église de Cimiez conserve 3 de ses œuvres ! Né à Nice vers 1450, Louis (Ludovico) Bréa se forme parmi les peintres italiens.

Sa première œuvre, c'est la Piéta de Cimiez (1475), mélange d’influences italienne et flamande. Un petit bijou, cette Piéta ! C'est un triptyque sur fond doré, qui représente la Vierge assise en prière, Jésus couché sur ses genoux. 8 petits anges volent autour d'elle. A gauche, vous l'aurez peut-être reconnu : saint Martin qui partage son manteau ! Détail amusant, son cheval gris à l'air tout raide, trop à l'étroit dans son volet de bois !

A droite, sainte Catherine. Vous avez remarqué, cette inscription ? Elle dit : « Hoc opus fecit fieri condam Nobilis Martinus de Rala cujus Executor fuit Nobilis Dms Jacobus Galeas 1478 Die 25 junii et Ludovicus Brea pinxit. » ce qui veut dire : « Noble Martin de Rala a donné ordre de réaliser cette œuvre. Noble Jacques Galéani a fait selon ses volontés, le 25 juin 1475 et Louis Bréa a été le peintre ».

Passons au deuxième tableau, la Crucifixion ! Elle date de 1512 : déjà, la Renaissance se fait nettement sentir, avec ce paysage en perspective assez fouillé ! Au pied de Jésus, Marie-Madeleine, avec à sa droite un saint qui se frappe la poitrine avec une pierre et deux bourgeois richement habillés. A gauche, Marie dans les bras de saint Jean. Là, dans la prédelle (la partie inférieure du retable), on a 4 minis scènes de la Passion dont l'arrestation de Jésus et le portement de la Croix. Last but not least, le dernier tableau, la descente de Croix (1475) !


Et encore !