Charles d'Albert de Luynes, le prince des zoziaux

Vinaigrette 0
D'Albert - ©Marc Baronnet / Public domain D'Albert - ©Marc Baronnet / Public domain
Château de Luynes Château Château de la Loire Charles d'Albert de Luynes

Leur dada, les piafs

Charles d'Albert, seigneur de Luynes ! Il obtient en 1619 que la terre de Maillé soit érigée en duché-pairie sous le nom de Luynes... son nom actuel ! On commence à le connaître, cet Albert de Luynes...

Le plus célèbre de cette famille originaire de Toscane, installée à Avignon ! Un de ces petits jeunes qui font partie de l'entourage proche de Louis XIII... Albert, c'est le préféré du roi. Aah, mais c'est qu'il l'a envoûté, ce garçon...

Comment ? Avec des oiseaux ! Le dada de Louis, ce sont les piafs en tout genre ! Ca tombe bien, Albert avait appris la fauconnerie, le dressage des grues aussi. Du coup, quand il fait démonstrations de ses talents à la Cour et qu'il offre des oiseaux au roi, c'est gagné !

Le fauconnier prend les armes

Devenu grand fauconnier de France (charge inventée exprès pour lui), il murmure à Louis de faire le ménage et d'assassiner ce bougre de Concini, le favori de Marie de Médicis ! Chose faite, c'est lui qui récupère sa fortune et ses titres : entre autre premier gentilhomme de la Chambre et gouverneur de Picardie.

Devenu connétable, Albert fait la chasse aux huguenots, qui prennent les armes. Mais quand on est plus versé dans le dressage des zoziaux et à d'autres menus plaisirs, la guerre, ça fait mal : il s'en rend compte en échouant devant les portes de Montauban, qu'il assiège depuis des mois.

Même pas bien sapés, pff

Albert devient impopulaire. Gênant, presque ! Il a de ces manières en plus... Il est issu d'une famille pauvre, qui, dit Louis XIII, « arrivaient d'Avignon à la cour par batelées, sans qu'il y en eut un seul habillé de soie ! » Albert, cupide, ambitieux, veut tout pour lui. Louis songe à le disgracier. Il n'aura pas besoin de se salir les mains : son favori meurt tout seul comme un grand en 1621 !


Et encore !