Cavaillon, son melon et les petites histoires anecdotiques d'un légume

Vinaigrette 0
Melon de Cavaillon - ©jean-louis Zimmermann / CC-BY Melon de Cavaillon - ©jean-louis Zimmermann / CC-BY
Spécialité

Késako ?

Cavaillon et ses melons, c'est un peu comme Plougastel et ses fraises. Indissociables ! Ce cucurbitacée se cultive de mai à septembre dans la vallée ensoleillée de la Durance.

La petite histoire

Avec du vinaigre

A Cavaillon, il y a... du melon à foison ! Originaire d'Afrique du Sud ou d'Inde, le melon est déjà bien connu des Romains qui le mangent comme un légume, avec du vinaigre et du garum, une sauce très forte à base de poissons séchés. Il faut dire que le melon est alors très peu sucré ! Chose qui évolue au fil du temps : il devient alors un fruit à part entière.

Les papes et le Vaucluse

On a cultivé le melon Cantaloup près de Rome à Cantalupo exprès pour les papes. Une fois venus à Avignon, ceux-ci ont emmené le fruit avec eux pour le cultiver à Cavaillon ! On murmure d'ailleurs qu'en 1471, le pape Paul II meurt d'apoplexie à 54 ans après avoir mangé une trop grande quantité de melons...

Il faut dire que le climat et le sol du Vaucluse plaisent au melon, qui s'est vite popularisé à Cavaillon. On commence même à en parler dans des écrits : le Lyonnais Jacques Pons fait paraître Sommaire traité des melons à la fin du XVIe s et Olivier de Serres en parle longuement en 1600 dans son Théâtre d'Agriculture.

Les pompons !

Ce « fruit-légume » apparaît donc sur les tables de France à l'époque médiévale : la tradition veut que Charles VIII l'ai rapporté de ses conquêtes italiennes en 1495. On appelle alors les melons « pompons » ou « popons », du latin pepo. A l'époque, il n'y a que les rois et les grands seigneurs qui peuvent s'offrir le luxe d'en manger : jusqu'au XVIIIe s !

Les rois s'en font péter la panse

Je vous disais que les plus grands en raffolent. Si si ! Henri IV a même eu une belle indigestion avec des melons, royal désagrément rapporté par le chroniqueur L'Estoile :

« Au mois d’août 1607, le roi de France se trouva malade d'un melon. Un docteur en Sorbonne fit en ce temps le procès du melon à cause du mal qu'il avait fait au roi. »

Véridique ! Louis XIV les adore aussi. Louis XV tout pareil, à tel point qu'il en a plein dans les serres de son château de Choisy-le-Roi, près de Paris, grâce aux bons soins du jardinier Jacques Gondouin.

Du Midi à l'Anjou

La culture s'étend dans tout le Midi de la France : au XVIe s, Bruyerin-Champier parle des melons sucrins de Narbonne.

Puis au XVIIe s, ce sont ceux de Touraine qui font l'unanimité : surtout ceux de Langeais, comme on le voit dans les Historiettes de Tallemant des Réaux. Ronsard dit d'ailleurs dans ses Odes :

« L'artichaut et la salade, L'asperge et la pastenade, Et les pompons tourangeaux Me sont herbes plus friandes Que les royales viande Qui se servent à monceaux. »


Et encore !