Camille Desmoulins lance la Révolution Française au Palais-Royal

Vinaigrette 0
Desmoulins au Palais-Royal - ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain Desmoulins au Palais-Royal - ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain
Palais Royal de Paris Jardin Camille Desmoulins Révolution Française

La France va mal, mais vraiment mal !

12 juillet 1789. Camille Desmoulins, 29 ans, crapahute sur une table du café de Foy (n° 57 à 60 de la galerie Montpensier). Tout tremblant, il appelle les patriotes réunis là à prendre les armes.

Hé ! Mais il se passe quoi, au juste ?

On est aux portes de la Révolution Française : la situation économique du pays est terrible. Les Français crèvent de faim, les mauvaises récoltes entraînent la hausse vertigineuse du prix du pain.

Et youkaïdi, le roi et la reine s’en foutent bien en ripaillant à mort à Versailles...

Pas question de nous coller un nouvel impôt sur le dos, hein ? grogne le peuple. Ah... mais c’est ce que ce bon gros Louis XVI voulait faire, gnéé.

La grogne monte, Camille rapplique

Bon, avec le peuple pas content qui menace d’exploser, le roi convoque les Etats-Généraux début mai 1789. Une grosse réunion de crise, si vous voulez, avec le roi, le clergé, la noblesse, et le Tiers-Etat (le peuple). Un Tiers-Etat qui en a ras la frange et se déclare Assemblée Constituante.

C’est la rébellion ! Faut la contrer. Le roi masse ses armées aux portes de Paris. Et ça, ça fout les boules à nos Parisiens, qui se disent que ce roi tout puissant va tous les massacrer.


Mais voilà Camille Desmoulins, proche de Mirabeau et de Robespierre, petit avocat et journaliste peu connu.

Vous l’entendez ? Il bégaie un peu, bute sur les mots, mais son discours, ses mots sont brillants, sa voix tellement persuasive !

Et le geste qu'il s'apprête à faire va changer le cours de l'histoire...

Le vert de Desmoulins, couleur du ralliement

Camille attache un petit ruban vert qu’il sort de sa poche et l’accroche à son chapeau, invitant la foule à faire de même. On distribue les rubans, mais il n’y en a pas pour tout le monde. Alors, on se jette sur les marronniers du jardin qui en un éclair se retrouvent complètement dépouillés...

Le vert comme couleur de ralliement, contre le gouvernement !

La foule de manifestants est énorme, rien ne les empêche de gueuler leur colère : hé oui, le duc d’Orléans, « propriétaire » du palais-Royal, a interdit la présence de la police chez lui, domaine royal oblige !

Le surlendemain, le 14 juillet, cette même foule en colère allait prendre la prison de la Bastille, symbole du roi despote...

Et vous savez quoi ? On verra plus tard que cette cocarde verte sera l’ancêtre de notre drapeau tricolore...


Et encore !