Brunehaut à Epoisses : sacrés Burgondes !

Vinaigrette 0
Brunehaut - ©Public domain Brunehaut - ©Public domain
Château d'Epoisses Château Brunehaut Thierry II Saint Colomban

Le harem de Thierry

Ce beau et grand château bourguignon a des origines lointaines ! Oui, son histoire remonte très loin dans le temps : aux Burgondes ! Burgondes, Burgondie... l'ancêtre de notre Bourgogne, quoi. Mais nous voilà revenus au VIe siècle : voici la reine d’Austrasie, Brunehaut, et le roi de Bourgogne Thierry, son petit-fils. Leur fief, c’est le château d’Epoisses. Thierry y vit avec ses innombrables maîtresses, femmes et bâtards, sous l’œil (pas plus gêné que ça) de sa grand-mère.

Colomban en rogne

Même que l'aïeule avait demandé à saint Colomban, fondateur du monastère de Luxueil, de bénir lesdits bâtards ! Non, non, et puis quoi encore ?! Colomban les maudit... Puis, tout énervé et outré qu'il est, il accepte quand même de se rendre au château d’Epoisses, invité par Brunehaut en signe de réconciliation. Mais le saint refuse de manger quoi que ce soit : on dit que quand les plats ont été servis à table, la vaisselle se brisa en mille morceaux..

La poisse soit des Burgondes !

Mais la mémé est une sacrée manipulatrice. Elle monte Thierry contre son frangin Théodebert, les pousse à se battre, les ayant persuadés qu’ils n’étaient pas de vrais frères (elle réussit quand même à faire gober à l'un d'eux qu'il avait pour père un vulgaire péquin). A la fin, Théodebert finit en prison à Chalon-sur-Saône...

Et Thierry meurt à 25 ans, laissant 4 enfants derrière lui. Brunehaut les voulait rois, ce sera la guerre : on les massacrera tous les 4, elle aussi, traînée des jours entiers, la jambe attachée à la queue d’un cheval...


Et encore !