Blaye et Jaufré Rudel : l'amour lointain

Vinaigrette 0
Image d'illustration - ©Public domain Image d'illustration - ©Public domain
Citadelle de Blaye Fortification Histoire d’amour Jaufré Rudel

Le château de Blaye, c’est le fief du troubadour Jaufré Rudel, au XIIe s. Seigneur de Blaye (on le surnomme le « Prince de Blaye »), il participe à la 2e croisade du roi Louis VII en 1147. C’est là-bas que Jaufré tombe amoureux, sans même l’avoir vu une fois (juste en ayant entendu parler d’elle), de la princesse de Tripoli.

Pas de doute, c’est la dame de ses pensées, la femme idéale(isée) ; il l’appelle « l’amour lointain », l’amor de lonh ! Pour la rejoindre, il s’embarque pour un long périple, mais tombe malade en chemin : il poussera son dernier soupir à l’arrivée, dans les bras de sa belle... qui se fait nonne le jour-même. Si c’est pas chevaleresque à souhait, ça !

Lui, sa spécialité, c’est la chanson courtoise, l’amour impossible (en référence à sa princesse). Jaufré Rudel a laissé 6 poèmes, dont 4 avec notations musicales ! De vraies chansons, ses œuvres : si, si, le mot « loin » revient comme un refrain et donne du rythme aux strophes... (traduction vue dans Les troubadours, leurs vies, leurs œuvres, J. Anglade, 1907)

« Lorsque les jours sont longs en mai, il m'est bien doux d'entendre de loin le chant des oiseaux ; et quand je m'éloigne je me souviens d'un amour lointain. Je vais le cœur triste et la tête basse, si bien que chants ni fleur d'aubépine ne me plaisent pas plus que l'hiver glacé.

Jamais je n'aurai joie d'amour, si je n'en ai de cet amour lointain ; car je ne sais, ni près ni loin, femme plus belle ni meilleure ; son mérite est si parfait que je voudrais, pour elle, vivre dans la misère, là-bas, au royaume des Sarrasins...

Je partirai triste et content, quand j'aurai vu cet amour lointain ; mais je ne sais quand je le verrai, car nos terres sont trop lointaines ; il y a bien des défilés et bien des chemins ; je ne suis pas devin, mais que tout aille comme il plaira à Dieu.

Je crois en Dieu, c'est pourquoi je verrai cet amour lointain ; mais en échange d'un bien qui m'en arrive, je souffre un double mal, car cet amour est si loin ; ah ! Pourquoi ne suis-je pas là-bas un pèlerin dont ses beaux yeux verraient le costume et le bâton !

Que Dieu, qui fit toutes les créatures et qui forma cet amour lointain, me donne le pouvoir, que j'ai au cœur, de voir bientôt cet amour, réellement, en un lieu commode, si bien que chambre et jardin me paraissent constamment un palais.

Celui qui m'appelle curieux et amoureux d'amour lointain dit la vérité ; car nulle autre joie ne me plairait autant qu'une joie qui viendrait de cet amour de loin. Mais mes désirs sont irréalisables ; car ma destinée est d'aimer sans être aimé. »

Du château de Jaufré Rudel, il reste deux tours et quelques bases de murs. On peut monter en haut de la tour des Rondes, et là, jolie vue sur la ville et l’estuaire de la Gironde.


Et encore !