Bertran de Born, furie guerrière et doux sentiments

Vinaigrette 0
Image d'illustration - ©Public domain Image d'illustration - ©Public domain
Château de Hautefort Château Bertran de Born

Le troubadour asticoteur

Chevalier amoureux, poète satirique, Dante en fait, dans sa Divine Comédie, un semeur de discorde condamné à errer avec sa tête coupée dans une main « en guise de lanterne » : « Sache que je suis Bertran de Born, celui qui donna des mauvais conseils au roi... » Il sait écrire des poèmes comme personne, Bertran, sait chanter les belles dames dans sa langue si jolie, la langue d’oc :

« Douce, gaie et mignonne, les cheveux blonds avec un teint de pêche, le corps blanc comme la fleur de l’aubépine, le coude rond avec une ferme téton et l’échine comme un lapin. »

Mais surtout, Bertran aime les piques, les trucs qui picotent et font mal : il asticote Constantin, son frère. Puis c'est au tour des fils d’Aliénor d’Aquitaine et du roi Henri II : Henri Plantagenêt, surnommé « Rassa », le comte Geoffroy de Bretagne « Marinier », Richard Cœur-de-Lion « Oui et Non »... Bertran chante la violence de la guerre, lui le guerrier !

« Et j’ai grande allégresse Quand je vois chevaliers et chevaux armés en campagne rangés... Il me plaît quand les coureurs (soldats, ndlr) Font s’enfuir gens et bétail, Il me plaît de voir les guerriers les attaquer. Il me plaît surtout De voir les châteaux forts assiégés, les enceintes détruites et effondrées, De voir l’armée tout autour des fossés et des lices aux pieux forts serrés. »

Un poète, des Genêts et un Lion

Il n'est pas vraiment le seul seigneur de Hautefort, Bertran. Non, il partage la seigneurie avec son frangin Constantin. Du coup, ils entrent en guerre : Constantin s'allie avec l’Anglais Henri II Plantagenêt et son fils Richard Cœur-de-Lion.

Bertran s'allie avec le fils aîné d'Henri II, Henri. Peut-être est-ce parce que Constantin était le petit protégé des Plantagenêt ? En tout cas, en 1182, Constantin se fait chasser de Hautefort par son frère. Boouh, viré comme un malpropre ! Et voilà que le jeune Henri meurt prématurément...

Le début des problèmes : un an plus tard, Richard Cœur-de-Lion assiège le château et fait prisonnier Bertran... mais celui-ci obtient sa liberté et la restitution du château par Henri II, car il a composé la plus belle complainte sur la mort de son fiston... À partir de 1184, c'est Bertran, le seigneur du château.

Constantin a été chassé une bonne fois pour toutes : il abandonnera son nom de Born et prendra celui de Lastours... En 1194, Bertran se retire à l'abbaye de Dalon : le guerrier s'est fait moine ! Il y mourra, loin du sang, des combats, de la fureur humaine... enfin apaisé ?


Et encore !