Barbirey et son bizarre marquis de Brunoy qui broie du noir

Vinaigrette 0
Le château - ©François de Dijon / CC-BY-SA Le château - ©François de Dijon / CC-BY-SA
Jardins de Barbirey Jardin

Fils ingrat, va !

Barbirey est une vieille terre qui remonte au Moyen-Age... Mais son histoire commence vraiment avec le célèbre banquier Jean Paris de Monmartel, qui achète la terre de Marigny et de Barbirey au XVIIIe s. Il a alors 75 ans. On le dit l'homme le plus riche après le roi Louis XV !

Une fortune accumulée grâce à un travail acharné... que son fils unique, le marquis de Brunoy, va dilapider en quelques années seulement ! C'est ce fils qui fait construire le château actuel. Le marquis, c'est un de ces types complètement tarés, dérangés, qu'il vaut mieux ne pas rencontrer !

Un type vraiment bizarre !

Un p'tit coup ?

De son nom complet Armand-Louis-Joseph Paris de Montmartel, on l'appelle tout simplement marquis de Brunoy, du nom d'une terre qu'il possède dans l'Essonne. Il se montre toujours sans chapeau, sale, débraillé, quand il n'a pas oublié de s'habiller à moitié...

Il porte des bas percés et met sa chemise jusqu'à ce qu'il soit obligé de la brûler, dit le Guide de l'Ile-de-France mystérieuse (éd Tchou) ! Il est d'une humeur pourtant joyeuse, il n'est jamais le dernier pour boire un petit coup avec ses amis et même avec les paysans de ses domaines.

Les cercueils, ma passion

Mais il a des lubies. Des trucs vraiment bizarres lui passent par la tête. Le moindre petit baptême qui se passe sur ses terres et hop, le voilà qui devient le parrain des marmots : du coup, on avait que des Armande et Armand dans le coin !

Mais le pire, c'est quand il décide de redécorer l'église de Brunoy et de payer toutes les cérémonies religieuses. Car le marquis adooore les cérémonies religieuses. Surtout les funèbres ! Il ne rate pas un enterrement, qu'il paie de sa poche. Il aide même en portant les cercueils !

Urine et poules noires

En 1766, son père meurt. Alors, le marquis transforme tout le village de Brunoy. Il repeint tout en noir, de l'église aux maisons, fait poser des tentures noires sur les arbres, les statues...

« Il avait fait jeter des muids d'encre dans les pièces d'eau du jardin et dans l'Yerres ; chevaux, vaches et poules étaient peints en noir et, parait-il, le marquis avait fait prendre à ses chevaux un produit noircissant leur urine... »

On visite quoi ?

Le château de Barbirey, lui, continue son chemin... Les beaux jardins (classés « Jardins remarquables ») ont été aménagés au XIXe s. Potager et verger, bosquets, pièces d'eau, prairie et sous-bois vous attendent... le tout sur 8 ha !


Et encore !