Assézat, le capitoul qui l'a échappé belle

Vinaigrette 0
La cour - ©Raphael.crochet / CC-BY-SA La cour - ©Raphael.crochet / CC-BY-SA
Hôtel Assézat Hôtel particulier Nicolas Bachelier Guerre de Religion

Pierre Assézat fait construire cette belle maison pour signer sa réussite sociale : en effet, le sieur est un riche marchand de pastels, un capitoul (habitant élu pour le conseil municipal, à Toulouse)... et le seigneur de Dussède !

On doit sa réalisation à l'architecte Nicolas Bachelier, qui s'est inspiré de la cour du Louvre, à Paris. En 1555, les 2 ailes aux 3 ordres sont bien avancées, ainsi que la tour carrée. On allait compléter la cour intérieure par les 2 autres ailes correspondantes, lorsque surviennent les guerres de Religion : on suspend alors les travaux...

En 1560, tous les capitouls, dont Assézat, se convertissent au protestantisme. Mauvaise idée, par les temps qui courent ! Le Parlement les fait arrêter la même année, les condamnant : au « bannissement perpétuel » ; à « 100 000 livres d'amende » ; à la confiscation de tous leurs biens ; à la privation de leur noblesse avec destruction de leurs armoiries sur leurs maisons.

Oulà, on ne rigole plus... Assézat quant à lui se retrouve condamné à mort, puis gracié : ayant obtenu le pardon du roi, il se convertit au catholicisme en 1572. Il récupère son hôtel mais ne poursuit pas l'édification des 2 ailes. Oui, cette affaire a considérablement ruiné notre homme, vous vous en doutez...


Et encore !