André Masséna le Niçois et sa statue presque parfaite

Vinaigrette 0
La statue - ©Mehdi Mhenni / CC-BY-SA La statue - ©Mehdi Mhenni / CC-BY-SA
Statue d'André Masséna Statue

L'enfant chéri


C'est Napoléon qui lui trouve son surnom d'« enfant chéri de la victoire », après ses prouesses sur le champ de bataille de Rivoli, en 1797 ! André Masséna, duc de Rivoli, prince d'Essling, maréchal d'Empire, naît à Nice en 1758. Sa famille, originaire de la commune de Levens (Alpes-Maritimes), vient s’installer à Nice en 1750.

Jules Masséna, négociant en vins, épouse sa femme Marguerite Fabre en 1754 : le petit André pousse son premier cri le 6 mai 1758 ! Très tôt orphelin, son oncle le recueille et lui enseigne les bases : lire, écrire... et déchiffrer les cartes marines ! André s'embarque alors en tant que mousse. Et puis, les choses vont vite : nommé caporal en 1776, sergent un an plus tard, la gloire viendra en 1797 à Rivoli...

La statue


On comprend que tout naturellement, Masséna ait eu le droit à sa statue et à sa place dans sa ville natale ! Une statue réalisée par Carrier-Belleuse et fondue par Thiébaud, inaugurée le 15 août 1869 par Napoléon III. On a représenté Masséna à la bataille d'Essling (1809). L'allégorie de l'Histoire se tient à ses pieds. Les bas-reliefs représentent la bataille de Zurich (1799) et la capitulation de Gênes (1800).

Mais vous savez quoi ? On a beaucoup critiqué la statue du vivant de son sculpteur ; revenait surtout le fait que la tête était trop petite par rapport au reste du corps, et qu'on ne voyait que la muse au pied de la composition...


Et encore !