Aimeric de Belenoi, le troubadour de Lesparre

Vinaigrette 0
L'intérieur - ©Chatsam / CC-BY-SA L'intérieur - ©Chatsam / CC-BY-SA
Tour de l’Honneur de Lesparre Tour

Le troubadour itinérant

Un troubadour a vu le jour au château ! Oui, Aimeric de Belenoi, en 1216. D’abord moine, puis jongleur et enfin troubadour, il part entre Chambéry et Evian pour séjourner dans les châteaux de la maison de Savoie. Il a beaucoup célébré la noble dame de Gascogne Gentils de Rieux, dans ses poèmes.

Un peu trop, peut-être... car l’histoire ne plait pas au mari, et commence à faire du bruit, aussi Aimeric est forcé de quitter le pays avec regret. Les Notices pour servir à l'histoire littéraire des troubadours (T.-B. Emeric-David, 1837) rapportent qu’il part s’installer à Aix-en-Provence à la cour de Raymond-Bérenger.

Amour et peine

Là, il fait la rencontre de la femme de celui-ci, la belle Béatrice. Le bouquin raconte qu’un jour, Aimeric se trouve dans les appartements de la dame : il ramasse un des gants qu’elle a fait tomber, l’embrasse et lui tend.

Les dames d’atours de Béatrice s’offusquent. Mais l’une d’elle dit : « Les dames ne peuvent accorder trop de faveurs honnêtes aux poètes qui les immortalisent par leurs vers. » Lui écrit :

« Quand je suis arrivé ici, sa grande beauté et sa sagesse m'ont laissé penser que je ne pourrai jamais la conquérir. Son mérite est si grand que je n'ose pas lui faire voir l'amour qui me pénètre malgré moi ; je n'attends rien en retour.

Il me suffit de savoir qu'elle connaisse mes sentiments ; je l'aime avec un tel respect que je n'ose même pas la regarder, qu'elle me voie ou pas. Mais quand elle tourne ses yeux vers moi, si je la regardais, je pourrai mourir sur l'instant. »

Mais quand il ne chante pas l’amour, Aimeric de Belenoi pleure un ami, Nuno Sanchez, dans sa complainte Nulhs hom en res no falh :

« Hélas ! Pourquoi est-il condamné à vivre, celui qui sent sa douleur s’accroitre chaque jour ! Tous mes plaisirs sont changés en deuil par un chagrin cruel qui s’est fixé dans mon cœur. »

De là, Aimeric s’exile en Castille : il mourra en Catalogne en 1242 à la cour du roi de Castille.


Et encore !