A quoi servait la fameuse Samaritaine du Pont-Neuf ?

Vinaigrette 0
La Samaritaine - ©Public domain La Samaritaine - ©Public domain
Pont-Neuf de Paris Pont

Connaissez-vous la Samaritaine ? Pas le célèbre grand magasin parisien, bien sûr, mais la vraie Samaritaine, la pompe ?

Celle qui permettait d’amener l’eau de la Seine jusqu’au palais du Louvre ! La première de ce genre, à Paris.

Une invention géniale, pour de l'eau qui faisait défaut

La Samaritaine a été construite sur la seconde arche du Pont-Neuf.

C’est le Flamand Jean Lintlaër qui, un jour, propose au roi Henri IV une machine de sa composition.

Il s'agit d'un moulin de 3 étages sur pilotis, dont la pompe peut puiser 700 m3 d'eau par jour, avec sa roue de près de 5m de diamètre.

Super efficace, elle est capable d’élever les eaux du fleuve dans un réservoir, et de là les mener au palais du Louvre et aux Tuileries.

Jusque-là, le Louvre n’était approvisionné en eau que par la petite fontaine de la Croix-du-Trahoir (au carrefour de la rue de l'Arbre-Sec et de la rue Saint-Honoré).

Pas pratique du tout !

Le jour où la pompe a failli ne jamais voir le jour !

Le Flamand se met au boulot, mais le prévôt de Paris ne l’entend pas de cette oreille : il fait arrêter les travaux en 1603.

Motif ? La construction d’un truc aussi gros allait gêner la circulation fluviale !

Mais c’est le roi qui décide... Henri IV écrit à son fidèle Sully :

« Sur ce que j'ai entendu dire que le prévôt des marchands de ma bonne ville de Paris fait quelque résistance à Lintlaër, de poser le moulin en la deuxième arche du côté du Louvre, sur ce qu'ils prétendent que cela empêcherait la navigation, je vous prie les envoyer quérir et leur parler de ma part, leur remontrant en cela ce qui est de mes droits.

Car à ce que j'entends, ils les veulent usurper, attendu que ledit pont est fait de mes deniers, et non des leurs. »

Et tac. La construction de la pompe s’achève en 1608 !

Le gouverneur de la pompe

La pompe de la Samaritaine a son gouverneur. Qui loge au 2e étage du bâtiment, qui en compte 3.

Le gouverneur ne chôme pas, et il a intérêt, vu les sommes qu’on le paie !

Il doit tout vérifier et réparer : le système hydraulique, l’horloge et son carillon…

Trèèès important pour les Parisiens, le carillon : il sonne alors pour les cérémonies publiques et le passage du roi !

De là d'ailleurs le vieux terme de pont-neuf, pour désigner une chanson populaire dont l'air est archi connu !

La Samaritaine ? L'origine du nom

Ah, au fait : la pompe tient son nom du groupe sculpté en bronze doré qui la décorait, Jésus et la Samaritaine. Entre eux deux, de l’eau tombant d’une grande conque…

Hé oui, la Samaritaine. Un nom super connu, mais… connaissez-vous l’histoire qui se cache derrière ?

Les Samaritains, originaire du royaume de Samarie, sont un des plus petits peuples du monde. Ils ne se considèrent pas tout à fait comme rattachés à la religion judaïque.

Alors quand Jésus, qui se repose près d’un puits, demande à une Samaritaine un peu d’eau... elle s’étonne.

Car normalement, les Juifs ne parlent pas à ce peuple qu’ils considèrent comme différent.

Jésus lui répond juste que lui seul peut lui donner la seule eau qui compte, celle qui apporte la vie éternelle. Et qui la boira, n’aura plus jamais soif…

Conclusion !

La pompe de la Samaritaine, devenue obsolète, se fait détruire en 1813.

Aujourd'hui, seul l'ancien grand magasin situé sur le quai rappelle le souvenir de ce monument, si familier des Parisiens...


Et encore !