A la découverte de Saint-Martin d'Aubigny-sur-Nère

Vinaigrette 0
Le portail - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Le portail - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Eglise Saint-Martin d'Aubigny-sur-Nère Eglise paroissiale

L'église

Une bulle du pape Alexandre III mentionne l'église d'Aubigny en 1173 comme dépendance de Saint-Martin-de-Tours. Il existe une église romane attestée depuis le IXe s, reconstruite au XIIe s.

Détruite par les Anglais en 1356 et en 1412, l'église se fait agrandir par Bérault puis Robert Stuart. On imagine que pendant le terrible incendie de 1512, elle a été ravagée en même temps que la ville. Du coup on a dû faire des travaux au cours des XVIe et XVIIe s, donnant à l'église sa physionomie actuelle.

A la même époque, les Stuarts commencent à faire aménager la plupart des chapelles latérales. Leurs descendants continueront le boulot bien des siècles après eux...

A l'extérieur, les yeux sont attirés par le haut clocher-porche du XVe s et le portail d'inspiration romane, avec ses chapiteaux où vous aurez peut-être reconnu... Adam et Eve ! Dans l’ensemble, on a là une église de style gothique. Et vous savez quoi ? C'est l'une des rares de ce style dans le coin, avec ses influences venues d'Ile-de-France !

L'intérieur

Beaucoup de choses au programme ! Déjà, vous voyez les culs-de-lampe de la nef, avec ces petites têtes de personnages, tous différents ? Marrant ! Ils datent du XVIe s et on dit que l'un d'eux, avec son bandeau sur les yeux, représente un incroyant ou quelqu'un de non chrétien...

Et les piliers de la nef ? Ils portent des épitaphes des XVe et XVIe s. Ah, mais je vois que vous avez vu la belle verrière de l'abside ! Le vitrail du milieu date du XVIe s : y sont représentés des scènes de la vie de saint Martin mais aussi les blasons des Stuarts, seigneurs d'Aubigny.

Ne pas oublier aussi les belles statues des XVI et XVIIe s, comme la jolie Vierge à l'Enfant polychrome. Et puisqu'on parle de statues... venez voir ici ! Voilà une mise au Tombeau en bois du XVIe s.

C'est en fait un ancien retable, qui devait être peint à l'origine. On aperçoit trois soldats endormis (bande de feignants !) sous le groupe composé du Christ, de Joseph, de Nicodème, de la Vierge, de Marie-Madeleine et saint Jean.


Et encore !