6 anecdotes sur le mariage d'Henri III et de Louise de Lorraine-Vaudémont à Reims

Vinaigrette 0
Henri III et Louise de Lorraine-Vaudémont - ©the lost gallery / CC-BY Henri III et Louise de Lorraine-Vaudémont - ©the lost gallery / CC-BY
Cathédrale Notre-Dame de Reims Cathédrale Mariage Henri III Louise de Lorraine-Vaudémont

Ce 15 février 1574, dans la cathédrale de Reims, Henri III épouse Louise de Vaudémont, princesse de Lorraine. Un mariage d'amour !

Vite, découvrons 6 anecdotes sur ce mariage hors du commun !

1 - Henri III choisit lui-même son épouse

Oui ! Contrairement à bon nombre de ses prédécesseurs, Henri choisit sa future épouse.

Tout pour contrarier la mamma, Catherine de Médicis, qui avait d'autres plans en tête, pour son fiston.

Comme le caser avec ce que l’Europe compte de princesses de la haute.

Non ! Henri refuse. Il a choisi, de toutes façons : elle s'appelle Louise de Vaudémont, c'est une princesse lorraine.

L’annonce choque toute la cour : Louise est de bien modeste extraction...

Louise ? Louise de Vaudémont. Cette princesse naît à Nomeny, actuelle Meurthe-et-Moselle, en 1553. C’est en se rendant en Pologne pour y devenir roi, qu’Henri passe par Nancy et croise son si doux regard.

Il ne pourra pas l’oublier. C’est elle ! Il la veut ! Pure, pieuse, sensible, élevée loin de la cour parisienne, il la sait parfaite pour lui !

2 - Louise, le (troublant) portrait craché de l'amour de jeunesse d'Henri

Louise de Lorraine est le portrait craché de l'amour de jeunesse d'Henri, Marie de Clèves... qu’il aime éperdument, mais qu'on a promise à un autre et qui meurt en couche.

Le chagrin le ravage. Une peine violente, destructive, démente.

Alors quand il aperçoit Louise, le sosie parfait de sa belle disparue, Henri suffoque.

Une revenante. Louise... un cadeau du ciel !

Une bouffée de bonheur teintée de nostalgie l'étourdit une seconde. Louise/Marie, il la choisit pour femme !

Fait unique, on l'a vu, Henri ne fait pas un mariage de raison, mais il choisit sa future femme pour sa beauté et sa douceur.

Il va l’épouser 2 mois après la mort de Marie de Clèves, son amour de jeunesse : il a 23 ans, elle 21.

3 - Henri III homosexuel, incapable d’aimer sa femme ?

On dit que la mort de Marie de Clèves, le premier amour d'Henri, l'anéantit tellement, qu'il se tourne vers les hommes. Il ne voudra plus aimer aucune autre femme.

FAUX !

L'homosexualité du roi est une invention des protestants ! Les critiques fusent de partout, il gouverne mal, gna gna gna, pendant que les guerres de Religion déchirent le pays.

Alors, oui ! Henri s’entoure des fameux « mignons », ces jeunes guerriers, véritables bouchers sur les champs de bataille, mais poudrés, parfumés et boucles d’oreilles apparentes.

A l’heure où pour être un mec, un vrai, il ne faut pas se laver, puer le bouc et courir les femmes en grognant, on comprend l'incompréhension...

OUI, Louise et Henri vont s’aimer, follement. Et c’est bien ça qui gêne. Un mariage d’amour, pensez-vous, à l'époque... ça n'existe pas !

4 - Une cathédrale pour un sacre... et un mariage !

Le mariage a lieu deux jours seulement après le sacre d’Henri III, dans cette même cathédrale de Reims.

Le roi succéde à ses deux frangins, François II et Charles IX, respectivement morts en 1560 des suites d’une otite et en 1574 de tuberculose.

Le 15 février, enfin, le moment tant attendu... le mariage ! Il a lieu, « en grand triomphe, avec trompettes, clairons et hautbois, le mardi de carême prenant ».

Henri III, « richement vêtu, fut mené en l’église » pour épouser Louise, suivi par « un grand nombre de cardinaux, seigneurs, chevaliers, capitaines et gentilshommes ».

Un « fort long manteau de velours violet, tout semé de fleurs de lys d’or » couvrait ses épaules.

« Plusieurs jeunes gentilshommes et damoiselles » soutenaient le vêtement si lourd.

« Après marchaient la reine mère des rois » puis « les autres princesses, dames et damoiselles, fort richement habillées et parées. »

Un « dîner magnifique et royal » suit la messe.

5 - La perfection jusque dans les détails

Comme pour son sacre à Reims, Henri III s’occupe des costumes que Louise et lui vont porter. Il les veut impeccables, toujours insatisfait de ce que les tailleurs ont réalisé.

La perfection, voilà ce qu’il veut, non mais.

Alors, il met la main à la pâte, coud, pique, ajuste des pierres précieuses. Il coiffe même Louise ! (vu dans le Henri III de Pierre Chevallier, Fayard, 1985).

Ce qui fait qu’il arrive en retard à la cérémonie !

6 - Le couple n’aura aucun enfant

Problème de stérilité chez l’un ou l’autre ? On ne sait pas, mais Louise et Henri n'auront jamais d'enfant. Ce sera le drame de leur vie.

Désespérés, le couple, très croyant, va même jusqu’à faire le pèlerinage de Chartres sur la tunique de la Vierge, réputée pour ses vertus magiques.

Mais alors ? Henri n'a pas d'héritiers ? Comment va-t-on faire, pour la suite...

Le seul héritier légitime n'est autre que le cousin d'Henri, un protestant... il s'appelle Henri de Navarre !


Et encore !