6 anecdotes sur le mariage d'Elisabeth de France et de Philippe II d'Espagne

Vinaigrette 0
Elisabeth de France et Philippe II - ©the lost gallery / CC-BY Elisabeth de France et Philippe II - ©the lost gallery / CC-BY
Cathédrale Notre-Dame de Paris Cathédrale Mariage Philippe II d'Espagne

Drame sanglant, histoire d’amour, beau-fils amoureux, soupçons de meurtre, le tout ayant inspiré un opéra à Verdi...

Tout ceci, c’est l'histoire du mariage d’Elisabeth de France, fille aînée d’Henri II et de Catherine de Médicis, avec Felipe II de España, le 22 juin 1559, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris !

1 - Henri II meurt pendant les fêtes du mariage

Un mariage. Belle journée d’été, si longue, si claire... et soudain, un éclair.

Le ciel s’assombrit. Drame en vue...

C’est pendant les fêtes qui suivent son mariage qu'Elisabeth perd son papa, le roi Henri II.

Vous savez ? Pendant le célèbre tournoi de la place des Vosges, le 30 juin 1559, où il se prend un éclat de sa lance en bois dans l’œil.

Un horrible accident qui retarde le départ d’Elisabeth pour l’Espagne...

2 - Un mariage arrangé

Hé oui, encore un mariage arrangé, dans le cadre du traité de Cateau-Cambrésis.

Signé en avril 1559, il marque la fin de la guerre entre la France d’un côté, l’Espagne et l’Empire germanique de l’autre.

Un mariage pour la paix, super ! C’est pour ça que les Espagnols appellent Elisabeth « Isabel de la Paz » (Isabelle de la Paix).

3 - Un mariage par procuration : Philippe II est absent !

Là, c’est le jour J, à Notre-Dame de Paris, toute pimpante pour le mariage par procuration de Philippe et d’Elisabeth.

On lit dans Revue générale de l'architecture et des travaux publics (vol. 10) qu’une estrade richement décorée a été dressée devant le portail de la cathédrale, et qu'une « sorte de pont de bois tapissé remplissait une partie de la nef. »

Du haut de ces estrades, on jette des pièces d’or au peuple !

Oh, regardez : Elisabeth, 14 ans, s’avance timidement vers l’autel. L’air soucieux.

En se demandant quand, enfin, elle allait rencontrer ce Philippe de 32 ans... et s’il allait lui plaire.

Car pour l’instant, c’est un mariage « par procuration » : le futur mari n'a pas pu répondre présent, on envoie un émissaire chargé de le représenter symboliquement, à l'église. Ici, il s'agit du duc d'Albe.

Du coup, Elisabeth ne rencontrera son mari qu'en janvier 1660, 7 mois après leur union à Paris !

4 - Philippe II s'est déjà marié 2 fois

Le chroniqueur Brantôme rapporte que le duc d’Albe (le mari par procuration) avait trouvé « la princesse extrêmement agréable et avenante, et qu’elle ferait bien oublier au roi d’Espagne les regrets de ses dernières femmes. »

Voui, Philippe II a déjà été marié 2 fois : avec sa cousine Marie de Portugal en 1543, et avec Marie Tudor en 1554. La première morte en couche, la seconde de maladie.

Le roi espagnol n’a décidément pas de chance avec les femmes de sa vie : Elisabeth meurt en couche en 1568, à seulement 23 ans...

5 - Ils se sont aimés !

Fait assez rare pour qu’on le précise... Le couple royal s'aime sincèrement !

Elisabeth rencontre Philippe pour la première fois en 1660, en terre espagnole, presque un an après la noce.

Pendant le banquet de bienvenue dans le palais de Guadalajara, Brantôme raconte qu’elle ne fait que dévisager son mari.

A tel point que le roi lui demande doucement, en souriant : « Quoi ? Que regardez-vous ? Si j’ai des cheveux blancs ? »

Non, elle s’en fiche. Il a l’air grave, cet homme deux fois veuf, mais elle l’aime déjà. Lui aussi.

Les deux filles qu’ils auront ensemble, Isabelle-Claire et Catherine-Michèle, seront les enfants préférés de Philippe.

6 - Don Carlos raide dingue de sa belle-mère

Que vient faire Carlos, le fiston de Philippe II et de sa 1re femme, Marie du Portugal, dans l’histoire ?

Il devait épouser Elisabeth, au début (ils ont 3 mois de différence)... mais son propre paternel le supplante !

Car Carlos est taré, dans le vrai sens du terme.

Issu de mariages consanguins, la folie le prend tout petit : il mord le sein de 3 nounous consécutives, à tel point qu’elles manquent de mourir (vu dans Don Carlos et Philippe II, Gachard, 1867) !

Tout déformé, boiteux, il bégaie et devient vite violent, instable. Ca fait peur à Philippe, qui décide qu’il va épouser la Française, à la place de son dégénéré de fils !

Vous imaginez ? Le roi se décide à la dernière minute !

Ca fout un coup terrible à Carlos. Qui aimait Elisabeth comme un fou... celle-ci l’aimait aussi, disent les langues de vipères.

Philippe ne tarde pas à soupçonner Carlos de comploter contre son dos et le fait arrêter. Il meurt en prison à 23 ans, en 1568. Brutalement. Empoisonné ?

Elisabeth meurt à son tour, quelques mois plus tard. En accouchant, mais les ragots parlent de meurtre... Mhh, alors : toujours aussi amoureux, Felipe et Elisabeth ?

Cette sacrée histoire inspire en tout cas un opéra à Verdi en 1867, Don Carlos !

Conclusion

Grosse journée, pour Catherine de Médicis : elle venait de marier sa fille Elisabeth, de perdre son mari, Henri II, mort pendant les festivités suivant les noces...

Mais il lui restait moult rejetons : une reine Margot à marier, des fistons, les futurs Charles IX et Henri III, à asseoir sur le trône…


Et encore !