1658, péril sur la Seine : le pont Marie et la crue du siècle

Vinaigrette 0
La crue du Pont Marie de 1658 - ©The British Library / Public domain La crue du Pont Marie de 1658 - ©The British Library / Public domain
Pont Marie de Paris Pont Catastrophe naturelle

Vendredi 1er mars 1658, vers 1 h du mat', la Seine sort de son lit. Une des plus grosses crues jamais vues en France !

Déjà, fin 1657, la glace avait paralysé le fleuve pendant des semaines, alors qu’un hiver très froid engourdissait le pays. Le temps se radoucit fin février, et la glace fond enfin... mais bien trop rapidement. La crue emporte 2 arches du pont Marie, avec une vingtaine de maisons dessus.

La revue Paris aux Cent villages (n° 16, nov 1976, à la p. 253) dit que ces maisons ont 3 étages : y vivent apothicaires, lingères, perruquiers et épiciers. Plus deux notaires qui ont leurs études. L'un d'eux, Guillaume Ferret, réussit à se faire la malle juste avant que les arches du pont ne s’écroulent !

« Vingt-deux maisons en sont péries et abîmées dans l’eau avec un tel fracas et un tel bruit, que toute l’île et tous les lieux circonvoisins en ont été alarmés et croyaient être enveloppés dans la ruine » rapportent les archives de l’époque (vu dans La Seine : études hydrologiques d’Eugène Belgrand, 1872).

Alors ?! Et Guillaume, le notaire ? Tous ses papiers se retrouvent dans la flotte. Mais il réussit à sauver sa peau, filant se mettre à l'abri sur la rive en tenue légère, à peine sorti du lit ! Les autres habitants n'ont pas sa chance : 120 personnes habitant sur le pont se noient.

On reconstruit les arches du pont Marie en 1667, mais sans maisons dessus… et surtout sans études de notaire, puisqu’un arrêt du Parlement de Paris de 1658 leur interdit de s’installer sur des ponts !


Et encore !