1501, quand l'Autriche s'invite à Blois

Vinaigrette 0
Philippe le Beau - ©Siren-Com / CC-BY-SA Philippe le Beau - ©Siren-Com / CC-BY-SA
Château de Blois Château Château de la Loire Festivités

On donne des fêtes pendant une semaine en 1501, lors de la venue de Philippe le Beau, fils de l'empereur Maximilien d'Autriche, et de sa femme Jeanne de Castille. Les parents du futur Charles Quint !

Drap frisé et tapis velus

Le Cérémonial français de Godefroy donne tous les détails de ces fêtes, la décoration de salles, etc :

« Et pour parler de l'accoutrement du château de Blois, la grande salle par où entrèrent lesdits archiduc et archiduchesse était fort belle, et était tendue d'une tapisserie de la destruction de Troyes.

La salle où mangeait le roi et où l'archiduchesse le trouva était tendue d'une tapisserie qu'on appelait la tapisserie de Fromigny tout à l'entour et par en haut de même tapisserie.

Sur la cheminée était un dais de drap d'or frisé bien riche. La chambre de la jeune madame Claude, qui était suivant la salle du roi, était tendue d'une bergerie où étaient écriteaux et étaient tous petits personnages, qui était tapisserie fort belle.

Sur le berceau de ladite dame Claude y avait un pavillon de damas vert, et à l'autre bout de la chambre y avait un lit de camp tendu de layette noire où couchait ladite dame de Tournon sa gouvernante. »

Une première description qui donne le ton ! Ensuite, on a la chambre de la reine, avec sa tapisserie décorée « d'oiseaux étranges, avec personnages d'étranges pays ». Dans la chambre de l'archiduchesse, le lit est orné « de drap d'or », assorti aux rideaux doublés de damas blanc.

Ailleurs, on a du velours cramoisi, du satin cramoisi brodé de cordelières orangées (clin d’œil à Anne de Bretagne), un lit avec aux 4 coins un lion portant un heaume, couvert de perles (qui a coûté une petite fortune)... Et partout, des « tapis velus » qui recouvrent entièrement le plancher !

Des journées chargées

Mais l'archiduc et sa moitié ? Ils font quoi, au château, pendant une semaine ? Le Cérémonial raconte : le soir, on apporte toujours une grosse boîte en or à l'archiduchesse, remplie « de diverses boîtes de confitures » avec aussi des drageoirs. Après avoir picoré des dragées, l'archiduchesse se prépare à aller au lit. On la déshabille et on lui sort ses affaires « servant de nuit » d'un grand coffre :


• « le linge avec les réchauffoirs de lit »,
• des miroirs,
• des pots avec « éponges et lessive »,
• des « vergettes » (brosses) avec des manches en velours rouge,
• « un drap pour servir de drap de pied de toilettes de Hollande »...

Et le reste du temps ? On va voir « voler les oiseaux » ou on mange : « Les journées se passèrent avec grands et magnifiques festins, dont chacun était émerveillé. »


Et encore !