This website requires JavaScript.

A la fois fontaine et ratofuge, l'histoire de l'énorme éléphant de la place de la Bastille

Aquarelle d'Alavoine, dernier projet pour la fontaine de l'Eléphant | Siren-Com / Public domain
Fontaine Colonne de Juillet de Paris

Un éléphant, rongé par la vermine, à l’emplacement même de l’actuelle Colonne de Juillet, sur la place de la Bastille ? On vous dit tout...

Une fontaine pour une place vide

La forteresse de la Bastille occupe la place actuelle, avant juillet 1789. Une fois détruite, on se retrouve avec un espace vide. On en fait quoi ? Ben... pas grand-chose.

Si ! On installe la guillotine (venue de la place de la Concorde), à l'été 1794. Mais les gens râlent, alors elle déménage fissa sur l'actuelle place de la Nation... Bref !

L'Empire arrive : on pense alors à une fontaine colossale, alimentée par le canal de l'Ourcq qu'on vient d'aménager.

L’architecte Alavoine pose la 1re pierre du piédestal en décembre 1808 : ça sera un éléphant de 16 m de long, 15 de haut, surmonté d'une tour de 10. Un escalier dans une patte permettra d'accéder à une plate-forme…

Avec le piédestal, Alavoine construit une maquette en plâtre du pachyderme à quelques mètres de là, au sud de la place. Prêt à se mettre au boulot...

Mais le projet, trop balèze (trop cher surtout), est abandonné. La maquette reste là, sur l’actuelle place de la Bastille. Jusqu'en 1846...

Un gardien d'éléphant et des hordes de rats

Bon, au début, on colle un « gardien » à l’éléphant.

Le Guide de Paris mystérieux (éd Tchou) explique qu’il s’appelle Levasseur : on le charge de surveiller l’engin moyennant 800 francs par an, plus le droit de loger dans une des pattes de l’animal.

Et même si en 1816, on le dénonce pour bonapartisme, il reste indélogeable : on le trouve toujours dans la patte en 1830 !

Mais après des années, le machin en plâtre, battu par les vents et la pluie, était devenu un gros nid à rats !

Tout Paris en parle. Le Paris comique (Albert, 1847) évoque un « ratofuge » :

« L’éléphant de la Bastille devint la capitale des rats de France. On dit qu'il en vint même d'Alger. »


Et le projet de l’actuelle colonne de Juillet, alors ?

Il date de 1833, et la construction débute en 1835... Même qu’en 1840, à l’achèvement de la colonne, l’éléphant décrépi est encore debout ! Sa destruction date de 1846. Je ne vous parle pas des hordes de rats qui s’en échappent pour aller crécher chez les gens du faubourg Saint-Antoine...

Le colosse terrible sur le ciel étoilé

L’éléphant de la Bastille a même eu l’honneur de faire partie des Misérables de Victor Hugo ! Et disons que la description est puissante :

« C’était un éléphant de 40 pieds de haut construit en charpente et en maçonnerie, portant sur son dos sa tour qui ressemblait à une maison, jadis peint en vert par un badigeonneur quelconque, maintenant peint en noir par le ciel, la pluie et le temps.
« Dans cet angle désert et découvert de la place, le large front du colosse, sa trompe, ses défenses, sa croupe énorme, ses pieds pareils à des colonnes, faisaient la nuit sur le ciel étoilé une silhouette surprenante et terrible.
« On ne savait ce que cela voulait dire. C’était une sorte de symbole de la force populaire. C'était sombre, énigmatique et immense. C’était on ne sait quel fantôme puissant et debout à côté du spectre invisible de la Bastille. »

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !