This website requires JavaScript.

9 choses à savoir sur l'énigmatique Dame de Brassempouy

Quand : 30000 av J.C. - 25000 av J.C.

La Vénus | ©Evan Bench / Flickr / CC-BY
Musée Site préhistorique PréhistoSite de Brassempouy

La plus célèbre des Vénus préhistoriques, trouvée à Brassempouy dans les Landes, se dévoile !

1 - De quand date-t-elle ?

Du paléolithique, littéralement l’âge de la pierre taillée. Mais plus particulièrement du paléolithique gravettien : période s’étalant entre -30 000 et -25 000 ans.

L’époque d’Homo Sapiens, si vous préférez !

Mais surtout l’époque où se développent les représentations de statuettes féminines aux caractéristiques sexuelles bien marquées, dites Vénus.

On en parle au point suivant !


La Vénus

La Dame de Brassempouy | ©Ann Longmore-Etheridge / Flickr / Public domain

2 - Le nom de Vénus

Il s’agit de représentations féminines sculptées dans la pierre ou l’ivoire. On les a retrouvées dans toute l’Europe.

Leurs caractéristiques ?

Elles sont nues, le plus souvent très bien en chair, elles n’ont pas de bouche, des jambes et des bras quasi inexistants, des parties du corps exagérées : hanches, ventre, seins, fesses...

On ne sait pas bien à quoi elles servent.

Objet de culte associé à une déesse-mère ? Symbole de fertilité, utilisé comme une amulette ? Symbole d’une société matriarcale ?

La question s’est longtemps posée, de savoir si la Dame de Brassempouy faisait partie de ces Vénus : la tête appartenait-elle à une statuette aujourd'hui disparue ?

3 - Le plus ancien visage humain !

Oui, la Dame de Brassempouy est bien la représentation d’un visage humain, la plus ancienne au monde.

La plus ancienne Vénus, elle, date d’entre 30 000 et 40 000 ans avant notre ère, trouvée en 2008 dans la grotte de Hohle Fels, en Allemagne.

Elle porte même un petit anneau à la place de la tête, preuve qu’elle a pu être utilisée comme pendentif !


Vénus de Hohle Fels

Vénus de Hohle Fels | ©Hannes Wiedmann / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

4 - Sa taille

Sculptée dans de l’ivoire de mammouth, la Vénus de Brassempouy mesure 3,65 centimètres de haut.

En général, les dimensions des vénus préhistoriques sont généralement comprises entre 3 cm et près de 22 cm.

Une des plus grandes jamais découvertes mesure 22,5 cm de hauteur : il s’agit de la Vénus de Savignano, découverte près de Modène, en Italie.

5 - Sa découverte

La Dame a été découverte en 1894 dans la grotte du Pape, à Brassempouy dans les Landes.

Déjà en 1892, l’Association française pour l‘avancement des sciences était venue fouiller la grotte, lors d’une excursion.

Enfin, fouiller… piller, plutôt ! Chacun a cherché de son côté et littéralement tout pris. Hallucinant !

Voilà pourquoi deux ans plus tard, un certain Édouard Piette, juge de paix passionné d’archéologie, s’intéresse à ladite grotte.

Pour la sauver des pillages, d’une, puis pour poursuivre son étude.

C’est en effectuant un séjour en cure thermale dans les Pyrénées, après la guerre de 1870, que Piette fouille plusieurs grottes dans la région et découvre nombres d’artefacts, dont la Vénus de Brassempouy.


Salle Piette, musée d'archéologie nationale

Salle Piette, musée d'archéologie nationale | ©Lionel Allorge / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

6 - Où est-elle conservée ?

Au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye (78), dans la petite pièce qui porte le nom d’Édouard Piette, le découvreur de la Vénus !

Une salle restée dans son jus depuis 1904, date de la mort de Piette... En effet, celui-ci n’a jamais vendu sa collection et finit par la léguer au musée.

Son testament indiquait de tout laisser en l’état (classification scientifique oblige), de ne jamais rien modifier.

La Dame se trouve en tous cas exposée aux côtés d’autres fragments, dont ceux fouillés dans la grotte, dont la fameuse « poire », une autre célèbre Vénus.

Il s’agit de la plus belle collection d’art préhistorique au monde. Et c’est un vrai bond dans le temps : la salle est à l’image de ce qu’était un musée au temps de Napoléon III, avec ses vitrines de chêne et ses fonds de feutrine rouge !

7 - Toute une technique !

Le sculpteur de la Dame a utilisé trois techniques distinctes, rapporte le site officiel du musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye : l’incision pour les traits du visage et les quadrillages des cheveux, la perforation pour les pupilles, le polissage pour le modelé du visage.

Incroyable !


Vénus de Willendorf, détail

Vénus de Willendorf, détail de la tête | ©Thirunavukkarasye-Raveendran / Wikimedia Commons / CC0

8 - Une histoire… tirée par les cheveux !

Mais qu’est-ce qui recouvre la tête de notre Vénus ? Coiffure ou chevelure ?

Avec ses stries régulières, ce pourrait être des cheveux tressés ou une capuche, d’où son autre nom de Dame à la capuche.

Édouard Piette évoque une coiffe à la mode égyptienne.

D’autres Vénus préhistoriques sont en tous cas affublées de cette coiffure, traitée de la même manière, à l’image de la Vénus de Willendorf, exhumée en 1908 en Autriche.

9 - La maison de la Dame

Il existe depuis 2002 une maison de la Dame de Brassempouy, ou PréhistoSite.

Y sont exposés la reproduction de la Dame mais aussi des objets trouvés sur le site de la grotte du Pape : armes, outils, bijoux, ossements d’animaux...

À propos de l'auteure

Vinaigrette
Passionnée par les balades et par l'Histoire, grande ou petite... pleine de détails bien croustillants, si possible !